Maintenant, j’ai besoin de vous !

Maintenant… j’ai besoin de vous ! 🙂 Appel aux bénévoles

Cela fait quelques années maintenant que je propose au grand public un accès progressif à la spiritualité zen. On peut ainsi trouver gratuitement des MP3 de méditation, des articles, des vidéos ( voir ci-dessous toutes les ressources disponibles ), sans oublier les livres. J’ai donc mis en place un blog en 4 langues, des réseaux sociaux, des collaborations avec le Huffington Post ou Psychologie Magazine. Et tout ça : pour vous !

Je reçois de très nombreux messages chaque jour par mail ou messenger me montrant à quel point tout ceci est utile.

Aujourd’hui, j’aimerai mettre en place une équipe de bénévoles pour aider à diffuser toutes ces ressources. En effet, tout ceci prend du temps, beaucoup de temps.

Tout mon travail est entièrement bénévole, avec pour simple envie que le bouddhisme et le zen puisse aider les personnes au quotidien. C’est ce qui m’anime chaque matin et me donne le courage d’allumer l’ordinateur. J’habite en effet à l’orée d’une forêt et pourrai très très facilement me passer de cette « mission » pour aller gambader dans les prés et caresser les oreilles des chevaux ! Mais une petite voix me dit de continuer, que c’est logique, utile, nécessaire

Alors, si jamais vous avez envie d‘aider à la diffusion des valeurs bouddhistes et de la pratique de zazen ( méditation zen ) : soyez les bienvenus dans l’équipe !!

Voici les postes recherchés ( important : pour des personnes ayant de l’expérience dans ces domaines ! )

  • responsable communication pour le compte twitter
  • gestion de la chaine Youtube Dailyzen
  • graphistes pour flyers, visuels, logo etc.
  • webmaster pour le site wordpress www.dailyzen.fr
  • ingénieur du son pour MP3 de méditation guidée
  • traducteurs en anglais, allemand, espagnol
  • secrétaire pour m’aider à répondre à tous les mails…

Enfin, j’ai le projet de création de « cours en ligne » avec capsules vidéos thématiques. Je cherche donc des vidéastes et gestionnaires de site pour développer ce projet spécifique.

Merci pour votre bienveillance et votre attention. Et à très bientôt sur les chemins du zen !

Amicalement

Kankyo


Les ressources disponibles

  • chaine Itunes
  • compte Soundcloud
  • chaine Youtube
  • compte Faccebook pro ( géré par un bénévole )
  • compte twitter
  • compte Instagram ( géré par une bénévole )
  • blog en 4 langues
  • Articles pour le Huffington Post
  • vidéos pour Psychologie Magazine

Bouddhisme et effondrement – quelques pistes de réflexion avant la fin du monde

Le constat de l’effondrement, point de vue bouddhiste

À moins d’avoir vécu dans une île déserte les 10 dernières années, les nouvelles du monde ne sont pas brillantes. Les théoriciens de “l’effondrement” nous prédisent des années sombres, la baisse notoire de nos niveaux de vie, sans compter la recrudescence d’épidémies, famines, guerres aux portes des pays riches, voire en leur sein. C’est la prise de conscience que, quoique l’on fasse aujourd’hui, c’est déjà trop tard. Les climatologues le disent depuis des années. Les scientifiques également. Pendant longtemps, ils n’ont pas été entendus. Mais la tendance s’est inversée et, depuis quelques mois, le message déferle, avec la force d’un tsunami: vous, moi n’allons peut-être pas vivre aussi longtemps que prévu. Vous, moi, allons sans doute manquer du nécessaire. Vous, moi, allons peut-être voir mourir nos enfants, parents, animaux familiers faute de médicaments.

Le mouvement est lancé, les signes sont déjà là. Le réchauffement climatique va rendre de nombreuses zones du globe inhabitables. Les extrêmes de températures vont ruiner des récoltes entières, sans que les solutions techniques ne soient pour le moment disponibles. L’an dernier dans mon petit coin d’Alsace, le fourrage pour les animaux a manqué. Les paysans ont organisé des systèmes d’entraides en tablant sur une bonne récolte de foin pour cette année… Croisons les doigts!

Quel champ d’action?

Cet article n’a pas pour but de vous convaincre de l’effondrement. Je laisse pour ce faire la place à Pablo Servigne, Agnès Sinai ou Vincent Mignerot, dont vous trouverez les remarquables conférences sur le web. Il ne s’agit pas non plus de lancer un vaste mouvement de “dépression de groupe”. Là encore, je laisse la place à certains médias passés maîtres dans l’art d’activer les peurs collectives, sans que la vertu cathartique de cette méthode soit pour le moins avérée.

Rien de tout cela donc: mon propos se veut plutôt constructif. À savoir, proposer quelques modestes pistes – issues du bouddhisme – pour apprivoiser les émotions découlant de ce changement brutal de paradigme.

Le constat de l’effondrement – brutal ou progressif, nous l’ignorons – étant posé: comment réagir? Pourquoi? Est-ce que cela vaut la peine?

Un témoignage

Lorsque j’ai découvert ces théories de l’effondrement il y a quelques mois, j’ai passé plusieurs jours dans un état second. En état de choc. Le corps ne répondait plus vraiment: il semblait engourdi, comme enveloppé d’une camisole cotonneuse. Pour éviter une trop grande souffrance (“Je vais bientôt mourir”, “Je n’aurai peut-être jamais 80 ans”, “Il va y avoir beaucoup de violence dans la société”) et les émotions qui en découlent, mon inconscient a créé un réflexe de survie: l’anesthésie. Mon cerveau quant à lui s’activait pour chercher une porte de sortie. Vite une idée, une réflexion pour arrêter la spirale de la souffrance et de la dépression!

Il y a eu différentes pistes, que connaissent bien ceux qui sont passé par là, et que je vous résume:

  • “Je vais disparaître, la majorité de l’humanité va disparaître, mais au moins la Terre sera sauvée”. Cette idée apparaît généralement chez les personnes reliées à la Nature. Celles qui voient déjà les multiples atteintes qui lui sont portées chaque jour et s’en désolent ( Mention spéciale à ce projet ubuesque de construction d’un contournement autoroutier le GCO , à quelques kilomètres de mon monastère. Avec en prime: l’augmentation du trafic, l’extinction d’une espèce animale – le Grand Hamster – et des milliers d’arbres centenaires abattus ). Peut-être donc qu’un jour, la Terre sera sauvée de l’homme. Mais il est désormais prouvé qu’avec l’espèce humaine ce sont également des milliers de plantes, d’arbres, de poissons, de végétaux, d’insectes, de cellules vont s’éteindre, sans rien avoir demandé;
  • “Vite! Je vais acheter une carabine, faire des réserves de produits de première nécessité et créer une vie autarcique, loin des misères du monde”. Ce fut le deuxième réflexe, pas très brillant il est vrai, qui n’a pas non plus tenu le coup très longtemps. J’ai rapidement découvert en effet, que les villages et/ou les communautés disposant de réserves sont les premières attaquées en cas de disette. Logique;
  • “On va peut-être trouver une nouvelle source d’énergie”. Là, c’est un peu l’argument de la dernière chance: l’idée qu’il y aurait déjà une source énergétique nouvelle, pour remplacer les énergies fossiles, dont l’existence serait dissimulée par les grandes puissances pour des raisons purement financières… hum… La théorie du complot dans son habit de cérémonie! Difficile d’y croire bien longtemps et l’hypothétique ne fait pas le poids devant l’urgence qui s’annonce.

Alors, après quelques jours et quelques semaines, j’ai avancé…

Pas de solution extérieures = chercher à l’intérieur

Les théories de l’effondrement mettent en avant le point suivant: il n’y a pas de solution. Une fois passé le premier choc, ceci a commencé à résonner fortement à mes oreilles bouddhistes. Les thèmes de la vie et de la mort sont en effet prégnants, dans notre pratique. Les maîtres anciens conseillent de méditer “comme si un feu brûle sur votre tête”. Et, quand la maison brûle – pour de vrai – la force de ces enseignements apparaît dans toute sa splendeur.

Vivre avec la réalité telle qu’elle est

Le surnom du Bouddha n’était pas Bobby, Malou, Bébert ou Pat. On l’appelait gentiment le “Tathagatha”, petit nom poétique signifiant “Venu tel quel” ou “Ainsi Venu”. Comme tout un chacun, il était venu au monde nu comme un ver, tel quel. Mais, contrairement à beaucoup d’autres, il n’a pas oublié cette spontanéité joyeuse de l’enfance, cette naïveté originelle, cette intensité du présent… et l’a retrouvée, une fois adulte. Grâce à sa pratique de la méditation, le Bouddha a pu accéder à la capacité de voir le monde tel qu’il est, sans jugement, interprétation, fuite ou rejet.

Et c’est sans doute le premier pas – difficile – de notre chemin intérieur. Prendre conscience du monde tel qu’il est et non tel que nous le voudrions. Comprendre que notre futur va être très différent de ce que nous imaginions, que malgré toutes nos larmes, nos peurs, nos hontes ou nos désespoirs c’est la réalité, et dire “OK”. “OK, partons de là, de cette nouvelle perspective, de ces manques potentiels, de cette terre abîmée”. Et une fois cela posé, continuer le chemin.

Accueillir les ”émotions de l’effondrement”

Mais cette voie n’est pas simple. Ou plutôt si: très simple à formuler, mais beaucoup moins évident à mettre en pratique. Car, accepter la réalité du moment – l’effondrement – c’est aussi se coltiner la cohorte d’émotions qui l’accompagnent.

Au sujet des émotions – Infos n°1: elles sont un ressenti physique. Notre corps perçoit et exprime différentes émotions tout au long de la journée. Un cœur amoureux qui bat la chamade, des papillons dans le ventre, un serrement à la gorge avant de parler en public, une lourdeur au plexus lors d’un deuil etc.

Au sujet des émotions – Infos n°2: ce sont le plus souvent les émotions qui président à l’action et créent notre représentation du monde. Exemple: j’ai pris du plaisir un jour à écrire un texte, je l’ai partagé, j’en ai écrit d’autres pour retrouver la sensation, et me suis considérée comme “auteure, blogueuse, écrivaine” ou tout autre personnage susceptible de faire naître – en y pensant – l’émotion agréable de l’écriture. Autre exemple: je me suis senti faible et pas la hauteur, j’ai acheté un gros SUV et reprend confiance en moi en pensant “je suis quelqu’un” quand je contemple ma voiture.

En fonction de ces deux paramètres ( les émotions sont un ressenti et les émotions gouvernent nos choix de vie ) le chemin spirituel proposé est le suivant:

  • ré-apprendre à ressentir, le corps – le bon et le moins bon – en temps réel. Tel quel. C’est à dire plonger au cœur de sensations;
  • expérimenter que ces émotions, ces sensations, sont un mouvement. Elles apparaissent et puis disparaissent, naturellement, suivant le principe de l’impermanence de toutes choses. Elles disparaissent… à condition de ne pas intervenir consciemment en cherchant une solution intellectuelle/rationnelle/interprétative pour échapper à ladite émotion! Elles disparaissent,, à condition de rester en position neutre, et de ne pas forcer le mouvement;
  • Accueillir les peurs, hontes, le désespoir en laissant l’émotion dans le corps, sans qu’elle ne puisse remonter vers la tête. Elle pourra alors retrouver sa liberté, et son caractère transitoire.

C’est le chemin qui est proposé dans la méditation zen, et dont je mesure aujourd’hui la valeur. Vous pourrez l’apprendre dans de nombreux lieux en France, si cela vous intéresse.

Prendre les bonnes décisions

Enfin, cette période, cette nouvelle vision de l’avenir, nous invite peut-être à changer nos priorités de vie. Il existe un exercice plutôt radical bien connu des adeptes du développement personnel: le travail sur les valeurs. Il permet à chacun de se connecter à ses rêves (ses valeurs) les plus profonds pour redonner du sens à la vie. Pour mettre en lumière les valeurs, pour les repérer clairement, la personne est invitée à se mettre dans la posture suivante: imaginer qu’il ne lui reste que 2-3 ans à vivre et voir quelles sont ses priorités.

Avec l’effondrement, l’exercice perd son caractère imaginaire pour s’incarner dans le réel. Nous pouvons décider, par désespoir, de tout brûler, de faire la révolution ou de mettre fins à nos jours. Nous pouvons nous relier à nouveau à nos frères humains pour commencer ensemble un nouveau chemin. Nous pouvons prendre à nouveau soin de nos proches et regarder les gens dans les yeux.

En agissant ainsi, nous nous connectons à une nouvelle idée: celle de l’évolution possible de l’humanité, laquelle aura eu besoin d’une – énorme – crise pour commencer à apprendre.

En connaissant nos émotions et en apprenant à choisir nos vies consciemment, nous reprenons le contrôle de l’avenir. Au lieu de rester là, au bord du chemin, complètement désemparé, il est possible d’élaborer une solution. Bien sûr, elle sera intérieure, faute de solution extérieure pour sortir du marasme. ” Je ne peux pas changer le monde, mais peut toujours agir sur la représentation que je m’en fait, et redonner ainsi un sens à ma vie”.

Dit un peu plus clairement, le chemin pourrait désormais être le suivant “Du fait de l’effondrement, ma vie sera sans doute plus courte, mais elle sera vécue dans l’intensité du présent, le cœur en bandoulière et le corps vibrant”.

 » Découvrir sa voix et prise de parole en public  » stage avec Kankyo – Strasbourg – Mai 2019

 » Découvrir sa voix & prise de parole en public « 

Le dimanche 5 mai 2019 de 10h30 à 17h – Strasbourg

ATTENTION ! Les places sont limitées et les stages très vite complets : inscrivez-vous vite !

Pour qui ?

  • amateurs et professionnels, débutants ou confirmés, choristes, comédiens… et toutes les personnes qui ont envie de découvrir leur voix parlée/chantée
  • Managers, chefs d’entreprise, communicants, animateurs radio, enseignants… et toutes les personnes qui se sentent parfois limitées dans leur potentiel vocal

Programme

  • échauffement physique doux
  • échauffement vocal
  • travail sur la puissance vocale
  • poser sa voix
  • articuler
  • mieux respirer
  • faire  » passer  » un texte ou un chant = travail sur l’intention et le charisme

Objectifs

Apprendre à mieux se connaître à travers la voix parlée et/ou chantée

Apaiser le stress dans la prise de parole en public

Poser sa voix et se sentir à l’aise

Retrouver une respiration abdominale

(re ) Découvrir le plaisir du chant et de l’articulation

 

Infos et tarifs

95 euros la journée ( nous contacter en cas de difficultés financières )

Une grande partie des bénéfices sera reversée au projet  » sanctuaire bouddhiste pour les animaux « .

INSCRIPTIONS

Inscription validée à réception d’un chèque d’arrhes de 40 euros. Les arrhes resteront acquises si vous annulez votre venue moins d’une semaine avant le début du stage. Ordre du chèque : TANNIER
Adresse d’envoi des arrhes : Centre ZEN – 21 rue des magasins – 67 000 Strasbourg

BON A SAVOIR

Lieu du stage : Centre Zen – Strasbourg – à 500 mètres de la gare.

Salle de restauration à disposition pour le midi : apporter son repas.
Thé & café offerts.
Venir avec des vêtements confortables.

Petite boutique zen à découvrir sur place ( coussins de méditation, livres, céramiques, encens )

Kankyo dédicacera ses livres à l’issu du stage.

 

Lala zen cat

Chronique zen  » Acheter moins, vivre plus ! « 

Pour le magazine suisse L’Illustré, j’ai rédigé un calendrier zen 2019 : une chronique par mois pour accompagner votre année, comme autant de pistes spirituelles pour la vie quotidienne.
Celle du mois de mars me tient particulièrement à cœur  » Acheter moins, pour vivre plus » ou comment redonner du sens à nos vies en dehors des circuits commerciaux.

Une ode à la décroissance volontaire, pour se libérer du trop plein et apprivoiser le manque. Attention !! Cette chronique parle bien sûr d’une démarche volontaire, et non d’une forme sournoise de décroissance, imposée aux plus pauvres. Difficile en effet d’apprivoiser le manque, de pratiquer la  » sobriété heureuse » quand le nécessaire nous fait déjà défaut ! ( cf: les revendications actuelles des gilets jaunes ou de personnes oubliées/invisibles de notre société de consommation ).


L’auteure de ce guide, Kankyo Tannier, est une nonne bouddhiste zen à mille lieues des clichés sur la spiritualité. Blogueuse très active sur les réseaux sociaux, elle propose un cheminement intérieur fait d’humour, d’optimisme et de simplicité. Elle est également l’auteure de deux best-sellers: Ma cure de silence, déjà traduit en 14 langues, et A la recherche du temps présent. Kankyo Tannier s’intéresse à tout ce qui peut donner du sens à nos vies: ces petites choses du quotidien, ces rituels joyeux, ces moments magiques qui ouvrent les portes du ciel. Sa démarche est à la portée de tous, sans dogmes ni croyances. Elle s’inscrit dans une spiritualité moderne, en prise avec la vraie vie. Ouvrez-vous au sens de l’existence… mais en gardant les pieds sur terre.

Kanyko Tannier:
Son site: www.dailyzen.fr
Chaîne YouTube: www.youtube.com/DailyzenFr
Le monastère où elle réside: www.meditation-zen.org


Mars
Acheter moins, vivre plus
Certains mots flottent en ce moment dans l’atmosphère comme autant de petits soleils: décroissance, sobriété, simplicité, respect de la nature. Un retour sur le devant de la scène de notions laissées de côté pendant les trente glorieuses au profit des idoles du consumérisme et de l’accumulation de biens. Après avoir mesuré la valeur d’un être humain au nombre de ses possessions matérielles, il semblerait que le paradigme soit en train de changer en profondeur.
Et si l’humain du futur était plutôt cet être capable de s’harmoniser avec les rythmes de la nature, de rencontrer ses semblables avec confiance et d’arriver sur la pointe des pieds au cœur d’une forêt, pour ne pas déranger les animaux qui y résident?
Une perspective assez éblouissante d’évolution, capable de redonner foi dans l’avenir de la Terre. Et comme dans toute évolution, il appartient à certains de montrer l’exemple; nous vous avons choisis, vous, lecteurs de L’illustré, pour être les modèles volontaires (ou presque) de ce nouvel être. Etre, aujourd’hui, l’humain du futur, ça vous dit? Alors suivez le guide!

Boycotter les produits non durables
La liste est longue, incommensurable, des produits issus de la société industrielle. Tous ces petits objets fabriqués à base de pétrole ou de métaux rares nécessitant pour leur extraction de profondes entailles dans l’écorce terrestre, des petites mains habiles d’enfants esclaves, et pour leur transport des cargos gigantesques et polluants. Alors bien sûr, et vous l’aurez pensé à l’instant, il est quasi impossible aujourd’hui de se passer de nombreux produits à base de plastique ou de pétrole. Mais il est en revanche possible de se lancer dans une réflexion de fond avant de faire l’acquisition d’un objet.
La clé: demandez-vous avant chaque achat: cet objet, en ai-je vraiment besoin? Comment a-t-il été fabriqué? Quelle est son empreinte écologique?
Le plus: vous procéderez ainsi à des achats «en pleine conscience», voire à des «renoncements lumineux» et contribuerez à soigner la Terre.

Du temps pour apprendre
Le temps (et l’argent) économisé dans les magasins vous permettra de faire ces petites choses donnant sa pleine saveur à l’existence: apprendre un nouveau domaine, organiser un dîner entre voisins, cultiver des plantes, être bénévole à la SPA, lire, regarder le ciel, faire des bouquets de fleurs séchées, etc.
La clé: la gratuité comme nouveau signe de richesse.
Le plus: rien de plus, la simplicité d’une vie pleinement vécue.

Le calendrier zen – Février – Anti-déprime au coeur de l’hiver

La chronique du mois de février pour le calendrier ZEN : « Anti-déprime au coeur de l’hiver « , rédigée avec le journaliste François Busson du magazine suisse L’Illustré.

Illustration Guillaume Long

 » L’auteure de ce guide, Kankyo Tannier, est une nonne bouddhiste zen à mille lieues des clichés sur la spiritualité. Blogueuse très active sur les réseaux sociaux, elle propose un cheminement intérieur fait d’humour, d’optimisme et de simplicité. Elle est également l’auteure de deux best-sellers: Ma cure de silence, déjà traduit en 14 langues, et A la recherche du temps présent. Kankyo Tannier s’intéresse à tout ce qui peut donner du sens à nos vies: ces petites choses du quotidien, ces rituels joyeux, ces moments magiques qui ouvrent les portes du ciel. Sa démarche est à la portée de tous, sans dogmes ni croyances. Elle s’inscrit dans une spiritualité moderne, en prise avec la vraie vie. Ouvrez-vous au sens de l’existence… mais en gardant les pieds sur terre. »

Kanyko Tannier:
Son site: www.dailyzen.fr
Chaîne YouTube: www.youtube.com/DailyzenFr
Le monastère où elle réside: www.meditation-zen.org

Février
Anti-déprime au cœur de l’hiver
La connexion entre le corps et l’esprit n’est plus à prouver. Ils fonctionnent ensemble comme le yin et le yang ou Cuche et Barbezat. La modification de notre posture corporelle peut ainsi influer sur notre état intérieur et lui redonner accès au calme. Pour permettre aux émotions de circuler de nouveau et à d’éventuelles angoisses liées à la «mauvaise» saison de disparaître, voici deux exercices concrets à expérimenter au quotidien. Le but: retrouver cet état de tranquillité et d’ouverture que l’on a pu connaître à certains moments de sa vie.

Lever les yeux au ciel
Lorsque nous sommes pris par de la tristesse ou de la déprime, l’espace autour de nous a tendance à se rabougrir: une belle fleur qui baisse la tête. L’émotion douloureuse ressentie dans le corps nous donne envie de nous replier sur nous-même, comme pour créer un cocon protecteur.
Si, au contraire, vous prenez cinq minutes pour lever les yeux vers le ciel et vous décentrer de votre mal-être, votre ressenti va changer.
Il faut pour cela vraiment regarder à l’extérieur, vraiment laisser vos yeux percevoir le monde qui vous entoure. Vos connexions neuronales reçoivent un message différent (l’ouverture, la liberté) et adaptent l’émotion en fonction.
La clé: sortez de vous, élargissez votre vision.
Le plus: essayez de trouver une perspective large à l’extérieur: un peu de ciel, un arbre, des oiseaux à contempler…

Danser la vie
Bien sûr, en cas de déprime ou d’émotion négative, la dernière chose dont nous ayons envie, c’est de danser! Et pourtant…
En indiquant à votre corps un message paradoxal, vous pouvez libérer et faire disparaître complètement cette émotion. L’idée est simple: aucune émotion négative ne peut résister à un mouvement de joie. Il s’agit donc de mimer la joie, de «faire semblant de danser», de lever les bras au ciel (type Usain Bolt après avoir gagné une course) et de laisser bouger le corps dans tous les sens. Donner au corps une fake news pour l’inviter à ressentir autrement. Ouvrir les bras, tourner, onduler… L’émotion négative va pouvoir circuler et disparaître.
La clé: faites cette danse et ces mouvements pendant au moins deux minutes en écoutant une musique rythmée et entraînante.
Le plus: pour permettre à cet état de calme retrouvé de se maintenir, répondez, avant l’exercice, à cette question essentielle: à la place de l’angoisse, qu’est-ce que j’aimerais ressentir d’agréable?

Les histoires zen de Kankyo – Psychologies Magazine – Vidéo

Dans les années 70 le maître zen japonais Taisen Deshimaru s’est installé à Paris pour enseigner la pratique de Zazen, la méditation zen. Lors des retraites spirituelles, il avait l’habitude de raconter des petites histoires, des contes zen, faisant le bonheur de son auditoire. Des contes humoristiques ou très sérieux… mais toujours surprenants ! Des contes universels et métaphorique, pouvant nous toucher en profondeur et remettre en mouvement ce qui s’était figé.

Chaque mois, pour Psychologies, la nonne bouddhiste  Kankyo Tannier nous livre, en vidéo, une histoire zen inspirante. Ces contes, remplis de sagesse, vous permettront d’éclairer des réflexions personnelles, certains questionnements philosophiques ou existentiels… sous une lumière spirituelle et bienveillante. Découvrez le conte des deux moines et la jeune fille.

Les deux moines et la jeune fille

Une histoire zen de Kankyo


L’histoire se passe il y a bien longtemps, aux confins de l’Extrême-Orient. Deux moines cheminent auprès d’une rivière pour rejoindre leur monastère zen situé à 20 kilomètres en contrebas. Ils avancent en silence pour bien se concentrer sur leur marche, sur l’acte lui de marcher, comme l’ont enseigné les anciens maîtres de leur tradition.

Soudain, ils aperçoivent une jeune fille complètement désemparée. Elle est toute frêle, toute menue et elle a peur de traverser la rivière et d’être emportée par le courant.

Ni une, ni deux, le plus ancien des moines installe la jeune fille sur son dos, traverse la rivière avec force et dépose son charmant petit paquet, sur l’autre rive. Puis il rejoint son compagnon et tous deux reprennent leur chemin, en silence, concentrés sur chaque pas.

Une heure plus tard, le plus jeune moine ouvre soudain la bouche d’un air sombre : « Vénérable, vous avez brisé un précepte, nous n’avons pas le droit de toucher une femme et encore moins de la porter sur notre dos. »

L’ancien moine continue sa marche en silence. Quelques minutes plus tard, tournant légèrement la tête avec un sourire plein de bonté il rétorque « Mon jeune ami, moi j’ai déposé la jeune fille de l’autre côté de la rivière, toi, tu es encore entrain de la porter sur ton dos… »

Et vous chers spectateurs de cette vidéo, quel fardeau n’auriez-vous peut-être pas encore déposé sur l’autre rive ? Qu’est ce qui vous en empêche ? Et surtout, à l’image de ce moine ancien, qu’attendez vous pour profiter de chaque pas, sentir les odeurs, écouter les sons, et voir comme pour la première fois le paysage qui vous entoure ?

Sortie du 2ème livre  » A la recherche du temps présent  » en ITALIE ! Février 2019

Mon deuxième livre  » A la recherche du temps présent  » est sorti en France en juin 2018. Il commence lui aussi à être traduit dans différentes langues. Au mois de février, c’est donc l’édition italienne qui a fait son apparition. A l’automne 2019, la maison d’édition Lotos Verlag ( Random Group ) publiera le livre dans sa version allemande.

Titres et couvertures changent à chaque fois. Ainsi l’éditeur italien a choisi de reprendre la couverture espagnole du premier livre ( vous suivez ? ). Il est vrai que celle-ci est juste splendide ! Le titre du livre est le suivant : La magie du présent, des étincelles de spiritualité pour le quotidien. De la magie, des étincelles, de la spiritualité…. tous les ingrédients pour faire de nos vies un chemin de lumière !!

A commander ICI pour vos amis italiens. Merci à @Sperling et Kupfer pour leur beau travail.

Ci-dessous la couverture du premier livre  » Ma cure de silence »,  » La cura del silencio « .

 

 

 

Matinée de stage  » Calme mental, concentration et chant des mantras  » avec la nonne Kankyo

( photo d’illustration prise lors du stage précédent, organisé à Strasbourg par l’association de yoga Surya, janvier 2019 ).

Atelier «  Calme mental, concentration et chant des mantras » – au Centre de Yoga ACTEM – avec Kankyo, nonne bouddhiste de la tradition zen

Dimanche 24 mars 2019 de 9h30 à 12h

PRÉSENTATION

Prêts pour découvrir les trésors de la concentration et du calme mental ?

Lors de cette matinée de pratique, la nonne bouddhiste Kankyo vous proposera de nombreuses pistes pour apprivoiser ses pensées à travers – notamment – la pratique de la «  méditation en action ». Avec différents exemples et exercices, tirés du quotidien, vous pourrez expérimenter différentes manière de trouver le silence intérieur, et de se réconcilier avec ses pensées : comme une exploration intérieure.

Mais ce n’est pas tout ! Le travail vocal, mêlant harmonieusement corps et voix, est également une pratique, transmise depuis des millénaires et permettant de trouver la paix. Nous découvrirons comment à travers des exercices ludiques et étonnants.

Au cours de cette matinée, un travail de la voix, de la posture et de la respiration pour le chant sera proposé. L’occasion de découvrir pour chacun des ressources insoupçonnées et de commencer à libérer la voix. Ce travail vocal est particulièrement destiné aux débutants, accessible à tous !

BIO

Kankyo Tannier, nonne bouddhiste de la tradition zen, est l’auteur de plusieurs livres, déjà traduits en 14 langues. Elle réside à mi-temps dans un monastère des Vosges du Nord et partage son temps entre l’écriture, les conférences et l’enseignement de la méditation zen.

Elle a enseigné le chant pendant 18 ans et pratique les mantras de façon spirituelle, au quotidien.

A DECOUVRIR quelques ressources en ligne

  • le blog de Kankyo www.dailyzen.fr ( en 4 langues )
  • une conférence TEDx au Palais de la Musique «  Les yeux grands ouverts sur le moment présent » https://www.youtube.com/watch?v=h0eq0u57FNM

INFOS PRATIQUES

Où ?

Centre de Yoga ACTEM – 31 rue du vieux marché aux vins – Strasbourg

Inscriptions

Attention ! Nombre de places limité, inscrivez-vous vite ! info@actem-yoga.com

Tarif

35 euros la matinée – Un vente de livres + signature sera organisée à l’issu du stage.

L’ensemble des bénéfices seront reversés au projet «  Un sanctuaire bouddhiste pour les animaux ».

Prévoir

  • des vêtements confortables
  • un petit coussin pour la méditation
  • de quoi prendre des notes pour le travail de recherche personnelle

Soirée d’enseignement au Luxembourg – bouddhisme et méditation

Jeudi 7 mars 2019 de 19h à 21h15
Lors de cette soirée :
– méditation guidée
– enseignement sur le thème des 6 paramitas, très utiles pour tous au quotidien !
 
Kankyo guidera cette séance de méditation, avec un enseignement sur les Paramitas, qui constituent l’expression de la nature de bouddha, ainsi que des moyens concrets pour l’actualiser.
 
Déroulement:
 
La séance d’enseignements commence à 19h15 précise et dure jusqu’à 21h15.
 
Il est conseillé de prendre part à l’ensemble pour faire véritablement l’expérience d’une soirée d’enseignement.
 
18h45-19h : accueil des participants et préparation de la salle
 
19h05 : le « Mopan  » ( instrument traditionnel en bois ) est sonné. Fermeture des portes.
 
19h15 : début de la séance, offrande d’encens
 
19h15-19h45 : méditation zen guidée, explications sur la posture, la respiration, la conscience.
 
19h45-19h55 : Kinhin ( méditation en marchant + explications ) Ouverture des portes pour les pratiquants réguliers qui peuvent arriver à ce moment-là
 
19h55-20h20 : Zazen ( méditation zen )
 
20h20-21h00 : Enseignement et explications sur  » les 6 paramittas et le bouddhisme dans la vie quotidienne  » + questions-réponses
 
21h00-21h15 : Cérémonie Zen Sôtô
 

Tarifs

Plein tarif : 16 euros / Tarif réduit ( étudiants, chômeurs) : 12 euros

Carte de 10 séances : 90 euros / 60 euros ( hors soirées d’enseignements )

Mensuel : plein tarif 45 euros, tarif réduit 30 euros, tarif bienfaiteur 100 euros.

L’argent des séances sert à payer la location de la salle, le matériel ainsi que les frais de déplacement, logement.

 

Contactez-nous

Mail : dailyzen1@gmail.com

Notre page Facebook : Méditation Zen Soto Luxembourg

Efstur, mon rêve

Janvier 2019: retour à l’essentiel

Mois par mois, une traversée des petits tracas du quotidien – 19 exercices pratiques pour en venir à bout et modifier notre rapport à l’existence.

Chronique initialement publié dans le magazine suisse L’Illustré. Écrit à 4 mains avec mon ami François Rinryu Busson. Pour voir la version originale de l’article : le CALENDRIER ZEN.

Illustrations Guillaume Long.

Janvier2019: retour à l’essentiel

L’année qui s’élance entraîne parfois dans son sillage des myriades d’étoiles: des doutes, des regrets, des deuils ou des disparitions. Ils ont franchi malgré nous la barrière fatidique du 31 décembre. Heureusement, il est encore temps de les pousser, doucement mais sûrement, dans le prochain trou noir. Pour ce faire, nous aurons besoin d’une force tellurique accessible à tous: nos rêves!
Car 2019, c’est sûr, est l’année pour aller enfin à la rencontre de nos souhaits les plus secrets et les plus profonds, laisser derrière nous les zones d’ombre et avancer joyeusement vers les jours qui rallongent. La puissance du rêve est capable de nous faire escalader des montagnes. Alors, tels des chamois en goguette, nous serons de nouveau capables de nous pâmer devant un brin d’herbe et de faire des cabrioles auprès des précipices. Mais comment faire pour dénicher un rêve?

Rêves d’enfant

Laissons de côté d’éventuels rabat-joie matérialistes qui ricaneront: «Des quoi? Des rêves? C’est pour les hippies! On voit d’ailleurs où ça les a menés…» Et penchons-nous un instant sur le berceau onirique: là où naissent les contes et les histoires personnelles. A quoi rêviez-vous quand vous étiez enfant? D’explorer des territoires inconnus, de soigner les gens, de devenir impératrice, d’inventer l’emmental sans trous? Et si vous réfléchissez un instant: quel était le sentiment, la valeur qui présidait à cet imaginaire? Le besoin de sécurité, d’aider les autres, d’être libre, de créer?
La clé: se reconnecter à une valeur précieuse.
Le plus: retrouver son âme d’enfant.

Cinq ans à vivre
Vous pouvez également procéder de la manière suivante, un peu plus radicale il est vrai: si vous deviez disparaître dans cinq ans, quelles seraient les choses importantes qu’il vous resterait à faire? Ce qui vous tient vraiment à cœur? Pour vous aider, et sans vouloir plomber l’ambiance, sachez que les évolutions climatiques et environnementales rendent cette hypothèse possible… Alors? On fait quoi du temps qu’il nous reste?
Ça pique un peu, mais ce questionnement nous permet de faire des choix et de mener une vie en accord avec notre cœur.
La clé: c’est d’ailleurs à cette aune-là, les battements du cœur, que l’on identifie un projet essentiel: si son évocation fait accélérer votre palpitant, c’est bon! Vous êtes sur la bonne voie.
Le plus: ensuite, tout est bien sûr une affaire de choix. Mais des rêves écartés peuvent resurgir dans le futur… Alors, lancez-vous et bonne année!

Page 3 du 21 12345...»