Le calendrier ZEN – octobre – Y’a quoi dans ma tête ?

Mois par mois, une traversée des petits tracas du quotidien – 19 exercices pratiques pour en venir à bout et modifier notre rapport à l’existence.

Chroniques écrites à quatre mains avec le journaliste François Busson, pour le magazine suisse L’Illustré.


Octobre
Séance de cocooning mental
En ce mois d’octobre, il est temps de se préparer à entrer dans l’hiver. Les jours raccourcissent, les manches rallongent, tout comme notre envie de cocooning sous la couette. Le moment est donc idéal pour se tourner vers soi et apprendre à mieux se connaître. Avec par exemple cette question: à quoi pensez-vous? Vous pouvez (soyons charitables) garder le contenu de vos pensées pour vous, mais répondre à cette question: quelle forme prennent vos pensées?
Quand on observe attentivement le défilé des idées en tout genre qui nous traversent, on peut réaliser deux choses assez inouïes. Premièrement, il est impossible de prédire à quoi nous allons penser dans les cinq minutes qui viennent. Deuxièmement, personne n’a encore pu trouver la source des pensées, ou de la conscience, malgré tous les outils technologiques à notre disposition. (Bien sûr, le bouddhisme a une petite idée sur la question, qui serait un peu longue à décrire ici…) Alors, pour aller plus loin dans la connaissance de vous, voici un petit jeu.

Y’a quoi dans ma tête?
Posez-vous dans un endroit calme, fermez les yeux et partez à l’exploration de votre for intérieur. Comment sont vos pensées? Sont-elles des pensées visuelles, des images,
des taches colorées, en mouvement ou immobiles, comme des petits films intérieurs? Sont-ce des commentaires, analyses, jugements formulés à travers des mots et une «petite voix intérieure»? (Si, au passage, vous vous inquiétez d’entendre des voix, rassurez-vous, vous n’êtes pas fou; c’est le cas de la majorité d’entre nous.)
Ou, quand vous fermez les yeux et que vous vous recentrez sur vous, avez-vous des sensations physiques et émotionnelles à travers le corps? Du chaud, du froid, des battements, du lourd, du léger, des pincements ou des tiraillements? C’est la troisième forme possible de pensée que l’on peut appeler la «pensée du corps». Chacun d’entre nous dispose bien sûr de ces trois modalités de pensées. Mais l’une d’entre elles nous est souvent plus familière. Alors êtes-vous visuel, auditif ou corporel?
La clé: en commençant à observer les pensées, vous en devenez témoin et prenez du recul. Vous adoptez un autre point de vue à la fois intérieur et extérieur.
Le plus: avec de l’entraînement, ce positionnement et cette capacité de recul installent en vous une grande stabilité intérieure issue d’une parfaite connaissance de soi, en toute circonstance.


 

0
  Related posts
  • No related posts found.

Ajouter un commentaire


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.