Calendrier ZEN : septembre, vivre la rentrée comme un Bouddha !

Mois par mois, une traversée des petits tracas du quotidien – 19 exercices pratiques pour en venir à bout et modifier notre rapport à l’existence.

Chroniques écrites à quatre mains avec le journaliste François Busson, pour le magazine suisse L’Illustré.

Septembre – Vivre la rentrée comme Bouddha

Allons droit au but: pour les bouddhistes, le temps n’existe pas, ou du moins pas comme on l’entend habituellement. Du coup, la rentrée non plus. Pas plus que la «dépression post-été» (facilement détectable chez les humains bronzés par un sourire crispé, du genre «trop content de revenir bosser… vraiment…»). Malgré tout, en cette période difficile où le temps lui-même semble perplexe (je parle ici du temps-météo), nous allons faire comme si. Comme si le temps existait. Comme s’il s’écoulait du passé vers le futur, comme si une journée avait 24 heures et une année 365 (ou 366) jours. Comme s’il y avait une rentrée après l’été. Et, pour passer ce cap en beauté (le nez en l’air et l’enthousiasme en bandoulière), voici un petit mémo avec deux méthodes, à pratiquer dans l’ordre ou dans le désordre…

S’émerveiller d’un tout petit rien

Pas facile. Pas simple du tout. Vivre en mode carpe diem quand le bruissement doux du vent dans les pins s’est changé en rugissement automobile. Quand les escarpins ont remplacé les nu-pieds. Alors, concrètement, comment faire? La méthode, déjà enseignée au Ve siècle avant Jésus-Christ par Lord Bouddha lui-même, est la suivante: prendre les choses comme elles viennent et… s’émerveiller d’un tout petit rien! Un rayon de soleil sur la vitre du bureau, un moineau sur la branche d’un platane, le sourire d’une personne quand on lui tient la porte, le contact de nos pieds sur le sol ou la sensation indescriptible de nos muscles véloces pendant la marche. Bref, les occasions ne manquent pas.
La clé: être ici et maintenant.
Le plus: méditez cette phrase de Picasso: «Il y a des êtres qui font d’un soleil une simple tache jaune, mais il y en a aussi qui font d’une simple tache jaune un véritable soleil

Apprendre à observer

Voici le corollaire du point précédent: pour voir le petit moineau sur la branche, vous allez devoir quitter le monde familier des pensées. Vous savez: ce dialogue intérieur permanent, cette machine à laver mentale à 10 000 tours/minute. Qui analyse, commente, réfléchit, parle, râle et chante même parfois… à l’intérieur. Pour commencer à observer le monde et ses merveilles, il va être nécessaire de passer au «cycle laine» de la machine à laver: 10 tours/minute maximum. Et bénéficier ainsi de l’équation magique: quand on observe le monde, on pense moins à ses problèmes.
La clé: pour bien observer, ouvrez les yeux, les oreilles… et la conscience du corps.
Le plus: offrez-vous un «grigri Bouddha» qui vous rappellera régulièrement d’ouvrir les yeux et de contempler le monde: portez un mala (bracelet bouddhiste) autour du poignet, prenez de profondes et complètes respirations plusieurs fois par heure, mangez de temps en temps en silence, etc.

Merci à Katy-anna Gibbe pour l’illustration !


ET POUR ALLER PLUS LOIN… Pourquoi pas une  » retraite dans la ville  » avec Kankyo ?

Découvrez sur ce site la prochaine occasion, à Strasbourg, proche de la gare. SITE ACTEM

0
  verwandte Themen...
  • No related posts found.

Ajouter un commentaire


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.