Le début de votre chemin spirituel, c’était comment ?

J’avais 19 ans. La vie me paraissait étrange, dangereuse, comme une jungle urbaine. Sans aucun sens. Je me débattais avec des questions existentielles comme « A quoi ça sert tout ça ? Que se passe-t-il après la mort ? Pourquoi autant d’inégalités sur terre ? ». Et puis, un jour, en arpentant les allées de la bilbiothèque municipale de Besançon, un titre a accroché mon regard : un moine au sourire éclatant illuminait la couverture. J’ai dévoré « L’art du bonheur » du Dalai-Lama en quelques heures à une terrasse d’un café.

Et le monde s’est assemblé. Tout s’est relié : chaque chose est une partie d’un grand ensemble fonctionnant de concert. Soudain, je me sentais partie d’un tout… Et le chemin spirituel a pu commencer !

J’attends vos cheminements en commentaire 🙂

4
  verwandte Themen...
  • No related posts found.

Commentaires

  1. Daniel  avril 30, 2019

    Salut

    Comment tout a commencé ? je ne sais plus…Certainement un mal-être et puis s’ajoute là dessus un ras le bol peut-être également que je ne tourne pas rond tout simplement. Je crois qu’à une époque, je devais être faible. Un peu après l’adolescence, je me suis politisé, de droite ou de gauche n’avait que peu d’importance,il fallait que ce soit une extrême pourvu que je paraisse différent mais cela m’a très vite ennuyé , j’en avais assez des longs discours, théories et bouffer des raviolis dans une cave.
    Quelques années plus tard quand le sexe opposé aurait du faire de moi quelqu’un de différent avec tout le baratin qui va avec ça a été la bérézina, perte de temps, je ne vais pas m’étaler.
    Il y eut ensuite quelques recherches mystiques, j’ai connu quelques sectes ( évangélistes, etc …) rien de bien méchant mais ce sont eux qui m’ont virés, ma présence n’était plus souhaité, ça ne m’a pas empêché de continuer à vivre mais je continue à croire que le message du Christ est exceptionnel, ce qui me gêne un peu c’est qu’il soit le fils d’un dieu et d’une vierge, j’ai un peu de mal avec cette image.
    Bien plus tard, j’ai fais une rencontre, LA rencontre, un petit bonhomme nommé Gandhi, bien que son image soit terni aujourd’hui, je pense qu’il est une des consciences de l’humanité.
    En quelques lignes, tu sais le plus gros.
    Tu as l’air saine et honnête.
    Bonne journée Kankyo
    Daniel.

    répondre
    • Kankyo  avril 30, 2019

      Gandhi… quelle inspiration… Merci pour ce témoignage.
      Amitiés zen

      répondre
  2. David  mai 1, 2019

    Ça à commencé durant l’enfance. je préférerais les longues promenades seul au bord de la mer aux jeux avec mes camarades. Solitaire et rêveur, j’assaillais les adultes de question de sens. il y a eu vers 7 ans l’expérience de qqc d’indicible dans la nature. Puis à 16 ans, l’expérience d’un silence « habité », d’une Présence lors d’une retraite d’aumônerie dans un monastère ou je suis allé pour suivre une fille dont j’etais amoureux. Sauf que la rencontre décisive se fit avec l’ineffable, pas du tout avec la jeune fille en question. c’est là lecture de « La nuit privée d’étoiles » de Thomas Merton, un moine trappiste qui me mettra en quête. Ensuite un long chemin de retour « at Home » qui me menera du monachisme chretien cistercien au zen en passant brièvement par la tradition tibétaine. Un chemin qui ne cesse jamais de commencer.

    répondre
    • Kankyo  mai 3, 2019

      Cela me rappelle une retraite à l’Abbaye de Jouarre, près de Paris. Vers 13 ans je crois, et l’expérience de ce  » silence habité » ou plutôt, d’un silence vaste et paisible, comme l’univers… Une porte qui s’ouvre vers l’infini et permet enfin aux étoiles de se se faufiler dans l’espace retrouvé.

      répondre

Ajouter un commentaire


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.