Juillet :  » Se mettre en vacances  » – Calendrier ZEN

Mois par mois, une traversée des petits tracas du quotidien- avec des exercices pratiques pour en venir à bout et modifier notre rapport à l’existence.


L’auteure de ce guide, Kankyo Tannier, est une nonne bouddhiste zen à mille lieues des clichés sur la spiritualité. Blogueuse très active sur les réseaux sociaux, elle propose un cheminement intérieur fait d’humour, d’optimisme et de simplicité. Elle est également l’auteure de deux best-sellers: Ma cure de silence, déjà traduit en 14 langues, et A la recherche du temps présent. Kankyo Tannier s’intéresse à tout ce qui peut donner du sens à nos vies: ces petites choses du quotidien, ces rituels joyeux, ces moments magiques qui ouvrent les portes du ciel. Sa démarche est à la portée de tous, sans dogmes ni croyances. Elle s’inscrit dans une spiritualité moderne, en prise avec la vraie vie. Ouvrez-vous au sens de l’existence… mais en gardant les pieds sur terre.


JUILLET : Se mettre en vacances

Lorsque les activités «s’en-chaînent», n’est-ce pas le moment d’ôter lesdites chaînes? Le temps des vacances est pour cela idéal et nous invite à étudier de près cette pratique des plus spirituelles: l’art de prendre du repos. Une bonne nouvelle pour commencer: l’art du repos est praticable dès à présent (au cas où vous ne seriez pas encore en vacances ou que vous auriez déjà consommé tous vos congés…) et il est gratuit!
Ce temps d’arrêt a pour vertu de créer une brèche dans le déroulement des journées: de ce moment de repos (de ce moment où l’on se dépose) peut alors surgir une surprise ou un étonnement, qui permet de redécouvrir le monde hors de notre vision habituelle. Dieu lui-même, du haut de sa splendide perfection, s’est accordé ce temps merveilleux. «Le septième jour? Il s’est reposé, pardi!» Et c’est grâce à ce repos, cette inspiration bienfaisante, qu’il a eu le loisir de créer le monde…

Apprendre à se poser
Pas facile de s’arrêter quand tout s’accélère et que la distraction est la norme. Pour commencer, la pratique la plus simple sera de vous poser devant une fenêtre… et de ne rien faire. Chiche? Rien du tout. Sans but, sans idée de profit, juste être présent à ce qui est là. C’est une aventure qui commence alors, car nous n’avons aucune idée de ce qui va bien pouvoir se passer. Restez aux aguets! Du rien peut surgir la splendeur du moment présent (ou un pigeon égaré…). L’exercice est d’une simplicité déconcertante. Ne rien faire. Rien du tout. Une minute de silence consenti à regarder, entendre, ressentir. Corps et esprit étant étroitement reliés, cet arrêt a pour vertu de poser ou de ralentir les rythmes corporels. Pensez aussi à bien respirer et à laisser vos pensées circuler.
La clé: une pratique qui s’apprend peu à peu, progressivement, en se laissant du temps pour apprivoiser le vide.
Le plus: il y a de grandes chances pour que, cette minute de repos vous ayant apporté un bien fou, vous soyez tenté de la prolonger… 2, 3, 4, 10, 20… minutes. Et de laisser surgir cette phrase de Durkheim: «La voix du silence est celle du fruit qui mûrit».

0
  Sur le même thème
  • No related posts found.

Ajouter un commentaire


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.