Quelques mauvaises résolutions pour 2014…

Ou comment faire pour aller – vraiment – mal. 

Les magazines et autres « blogs wellness » sont remplis de conseils pour aller bien. « Comment être optimiste », « Le bonheur en 10 leçons », « Avoir un chien zen»… Les infos ne manquent pas censées nous offrir sérénité et joie de vivre sur un plateau. Avec en fond sonore, une sorte de dictature bien-pensante du bonheur, claironnant qu’en 2014 vous DEVEZ être heureux (… sinon, vous êtes un incapable).

DSC_0092_2

www.davidgabrielfischer.com

La tâche semblant souvent herculéenne au lecteur lambda, nous le retrouverons à la fin de l’article désespéré, « râlant, brisé, livide, voire mort plus qu’à moitié  » ( @VictorHu, merci )… émotions, vous en conviendrez, des plus étrangères au bonheur.

Bref… Pour venir au secours de toutes les personnes qui peinent encore à se lever chaque jour avec le sourire, j’ai décidé de m’élancer – tel un Saint-Bernard, petit tonneau autour du cou – sur les rives escarpées de la « mal-pensance », et de vous proposer quelques conseils pour aller… MAL. Mais vraiment mal. Quelques enseignements précieux pour déprimer tranquillement. Quelques infos, transmises de génération en génération, pour pouvoir déclarer fièrement à votre entourage « Je n’y peux rien, je suis dépressif ». Quelques croyances bien solides pour vous convaincre que tout changement est impossible, et que de toute façon « On y peut rien ». ( Idée bien sûr opposée à l’enseignement bouddhiste, mais tous ces moines souriants commencent à être un peu énervants à la longue, non?)

Leçon n°1 : A chaque erreur, contemplez longuement votre incompétence.

Si vous êtes (encore) dans la catégorie des personnes qui font des projets, il se peut que certains d’entre eux échouent, ou n’aient pas les effets escomptés. Vous pouvez par exemple faire faillite, rater une histoire d’amour, ou recevoir les reproches d’une personne que vous admirez. Les sources d’échec sont multiples… presque aussi nombreuses que les projets eux-mêmes. A ce moment-là – pour être bien certain de ne plus rien entreprendre – entrainez-vous à ressasser longuement votre échec. Puis, d’y ajouter la liste de tous les précédents. Inutile surtout de vous rappeler l’exemple d’Abraham Lincoln ayant raté 23 élections avant d’être élu président des Etats-Unis d’Amérique et d’avoir le destin qu’on lui connait.

Leçon n°2 : Soyez certains d’une chose « vous n’êtes pas fait pour réussir »

www.davidgabrielfischer.com

www.davidgabrielfischer.com

Pourquoi le seriez-vous d’ailleurs ? Pouvez-vous citer une chose que vous avez réussie jusqu’à ce jour ? Oui ? Ce devait être un hasard alors. Les autres sont généralement plus doués que vous, non ? Pour simplifier : à moins que vous n’ayez déjà été  dans un domaine ( sport, informatique, danse, récitation…), vous êtes parmi ces quelques personnes qui ratent tout ce qu’elles entreprennent. Il y en a une poignée sur terre, une sorte d’élite.

Appartenez-vous au club ? Pour le savoir, une question-test : tenez-vous soigneusement la liste de vos échecs ? Oui ? Alors, vous avez réussi quelque chose et devrez encore vous entraîner pour pouvoir intégrer l’élite de « ceux-qui-ne-sont-pas-faits-pour-réussir »…

Leçon n°3 : Restez connectés en permanence

Un moyen très simple et très pratique pour multiplier les causes de stress, se sentir relié à l’humanité et profondément seul à la fois. La panacée du dépressif. Mais pas si simple. Pour cela vous devrez :

    • acquérir un smartphone, et ne jamais vous en séparer
    • ouvrir un compte twitter, facebook, google+, pinterest, instagram, tumblr ( et plus si affinités)… à remplir activement et consulter en permanence, on ne sait jamais.
    • avoir une deuxième batterie car les nouveaux téléphones se déchargent très vite. Imaginez que vous tombiez soudain en panne de batterie au milieu d’un tweet : la vacuité des réseaux précités pourrait vous apparaître dans toute sa splendeur et retarder votre marche vers la sombritude ( petit hommage verbal à Ségolène Royal).

Après quelques semaines – si tout va bien – vous serez submergés de posts à envoyer, mails à répondre, photos à publier de toute urgence… et les meilleurs d’entre vous pourront goûter au plaisir de se sentir parfaitement mal, comme prévu.
Rien ne pourra faire effraction dans cette dépression… à moins que la vie – cette traîtresse – n’envoie soudain un rayon de soleil vous caresser la joue ?

11
  Sur le même thème
  • No related posts found.

Commentaires

  1. Adrien  janvier 5, 2014

    Merci Kankyo pour cette article ! Une question m’est cependant venue à la lecture de celui-ci. J’expose donc ma situation : Je reviens de 6 jours de retraite à la Gendronnière. Après cette expérience, j’en ai retirer je crois un profond sentiment de bien-être (induis certainement par l’ambiance tranquille de l’endroit ou par ces moines en habits noirs psalmodiant à de inlassablement leurs chants étranges en une langue inconnue , ah les salauds !) . Et même d’ailleurs une motivation insoupçonnée pour recommencer (c’est dire si je suis inquiet) ! Comment faire pour retomber dans les méandres de mon si chère mal-être qui me manque désormais beaucoup ?

    répondre
    • Kankyo  janvier 6, 2014

      Ne t’inquiètes pas Adrien 😉 Grâce à la belle loi bouddhique de l’impermanence, le bien-être ne dure pas. C’est d’ailleurs pour cela que les pratiquants du zen restent ouverts à ce qui se présente, instant après instant… Parfois le manque, parfois la plénitude, parfois une sensation d’inadéquation, parfois de la joie…
      C’est vrai que le chants psalmodiés sont très apaisants et que l’ambiance générale de la Gendronnière invite à plonger dans la pratique. Alors mon conseil du jour pour rester bien mal pour la nouvelle année : ne surtout, surtout, pas y retourner ! Et faire attention à chaque moment de la vie à ne pas être présent.
      En espérant que ces petits « conseils » te seront utiles 😉

      répondre
  2. Travailler sur Internet  janvier 14, 2014

    Je vous felicite, c est un plaisir de vous lire

    répondre
  3. franck  janvier 17, 2014

    Bonjour,
    Merci pour ce regard posé sur cette triste tradition des résolutions d’apparats.
    Je découvre dans votre biographie de bas de page que vous votre formation est dans le domaine vocal. Etes-vous chanteuse, musicienne, peut-on vous entendre quelque part en ligne, comment intégrez-vous ce talent à votre pratique (spirituelle)?
    Je suis musicien/chanteur: n’hésitez pas à aller faire un tour ici ( compo et reprises acoustiques…): https://soundcloud.com/mayinvibes
    ou sur la page FB (mayinvibes). Peut-être pourrions nous échanger nos impressions respectives?
    A bientôt
    Franck (Niyam Draw sur WordPress)

    répondre
    • Kankyo  janvier 19, 2014

      Merci pour le retour 🙂 Oui je suis également prof de chant et voix parlée à Strasbourg. J’ai donné pas mal de concerts pendant 15 ans mais ai arrêté depuis, faute de motivation suffisante.
      En ce moment j’étudie la possibilité de réaliser un album de chants spirituels de différentes traditions. Voilà pour l’intégration de la musique dans la vie spirituelle 🙂
      Nous avons également une phrase dans le bouddhisme zen qui résume bien l’ensemble « Ejo Shin Kore Dô » = l’esprit de la vie quotidienne est la Voie. C’est à dire : faire de chaque moment, de chaque activité – musique ou enseignement ou autre – une opportunité d’éveil.
      A bientôt sur facebook et bonne journée
      K

      répondre
  4. chontso56  janvier 31, 2014

    bonsoir
    vos aspirations à la paix me semblent bonnes et honorables
    mais parce qu’il y a un mais
    sur 350 millions de bouddhistes recensés sur notre bonne vieille terre
    on compte 190 millions vivant dans un environnement de violence !

    sri lankha, Cambodge, laos, chine, thailande …

    alors pourquoi vos enseignements seraient plus écoutés ici que là bas
    surtout que bouddha a quand même tenu (aurait tenu) des propos plutôt fallacieux notamment sur la femme

    en visitant un temple bouddhiste, on a « paix sur le monde » et à l’intérieur un mur complet de peintures de deitées courroucées dignes d’un film gore
    Que de grands écarts !

    répondre
    • Kankyo  février 6, 2014

      Bonjour,
      Mon idée est de commencer par apaiser l’environnement immédiat, et surtout, grâce à la pratique de la méditation, de travailler sur ses propres pensées. Mais bien sûr tout dépend du regard que l’on porte sur les choses. J’aime contempler et trouver la beauté du monde, voir en quoi nos initiatives et paroles d’aujourd’hui peuvent changer le monde… Et oui, je suis optimiste ! 🙂 Amicalement.

      répondre
  5. assyana  mars 22, 2014

    Bonjour Kankyo,

    j’avoue avoir été attirée comme un aimant par votre blog…J’ai appris plusieurs petites choses qui vont sûrement m’être d’une grande utilité 😉
    J’ai une question, assez indiscrète… et peut-être irrespectueuse, mais ce n’est vraiment pas mon intention. Disons que c’est plutôt de la curiosité. Alors, je me lance : êtes vous éveillée ?
    Bien sûre, aucune obligation de réponse !

    Cordialement

    répondre
    • Kankyo  avril 13, 2014

      Bonjour, Merci pour votre message et désolée pour la réponse tardive… En retraite ces dernières semaines… Je ne sais pas si je suis éveillée mais selon l’enseignement du Bouddha : nous le sommes tous ! Mais l’ignorons encore, ou comme on dit dans le bouddhisme « le voile de l’illusion » recouvre cette évidence simple. Donc, je m’incline devant le bouddha que vous êtes et vous souhaite un beau dimanche ! Amicalement.

      répondre
  6. blondasse  mai 14, 2014

    Bon ba cet article va atterrir sur mon site perso

    répondre

Ajouter un commentaire


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.